Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le pot de chambre, forme idéale du cerveau...

    Pin it!

    Luc Mathieu, journaliste du quotidien Libération, ainsi que Cécile Allegra et Delphine Deloget, auteures d'un reportage sur le trafic d'êtres humains dont sont victimes des Erythréens,  ont remporté le prix Albert-Londres 2015.

    Albert Londres - Chez les fous

    En 1925, paraît l’enquête du grand journaliste Albert Londres : Chez les fous.

    " Il se doute qu’en ces esprits emmurés, l’inaudible peut être entendu. Il va mesurer le mensonge de la société française dans la maison des fous. Son obsession : l’enfermement. À peine a-t-il dénoncé le bagne et les pénitenciers, qu’il court, cette fois, le risque de perdre des lecteurs maintenant nombreux à suivre ses chroniques. Toujours très attendues, il les envoie par mille combines depuis le monde entier. Ce sera en France qu’il enquêtera. Point de problème de télégraphe. La plume et la poste suffiront. Le sujet n’intéresse pas ? Il l’écrira quand même ! Le directeur du journal, Le petit Parisien, connaissant son entêtement, n’a qu’un mot à dire : Allez ! C’est l’administration asilaire qui lui refuse l’entrée. La plupart des médecins aliénistes tout-puissants font de même. Une connaissance rencontrée à Salonique lui fait pénétrer l’asile. Il n’y reste pas, il doit encore aller voir ailleurs. Un nouveau tour de France, après le Tour de France à vélo qu’il vient de suivre, le conduit dans d’autres maisons. Il se rend d’abord à l’hôpital Sainte-Anne, à Paris, où travaille le docteur Toulouse. Ce médecin a organisé un service ouvert. Albert Londres se fait passer pour fou : « Vous êtes fou de vous croire fou, puisque vous n’êtes pas fou », lui réplique-t-on. Le voilà immergé ensuite à l’asile Saint-Georges de Bourg-en-Bresse pour voir des « ex-raisonnables ». C’est ensuite dans un quartier « d’agités » dans le Sud-Ouest qu’il se fait embaucher. Il apprend à décoder. Il observe, scrute, épie les comportements des gardiens, des médecins et des pensionnaires. Il interroge. Puis s’en va dans le Midi et découvre que l’asile est une geôle pour tous, y compris pour les personnes qu’on tient éloignées de leur famille sans aucun motif médical. Le docteur Dide, à l’asile Braqueville, lui ouvre les perspectives d’une psychiatrie humaine : la maladie n’est pas un crime. "   Denis Poizat - Chez les fous, hommage à Albert Londres.

    L'armoire aux cerveaux

    Albert Londres, Chez les fous

    3992716853.png Un après-midi, le docteur Dide me dit :

    – Venez voir mon laboratoire.

    Les travaux de ce savant sont célèbres par le monde.

    Au moyen d’une machine perfectionnée, il coupe les cerveaux en tranches minces comme l’on fait du jambon de Parme dans les boutiques italiennes d’alimentation. Il examine ensuite la chose au microscope. De là sortira peut-être la clé de la maladie mystérieuse. Du moins espérons-le.

    Je me promenais donc, respectueusement, dans ce temple de l’avenir, quand, soudain, je tombai en arrêt devant un réduit imprévu. Cent vingt pots de chambre, chacun dans un joli petit casier, ornaient seuls les murs de ce lieu. Aux anses pendaient des étiquettes portant noms d’hommes et de femmes et, en dessous : D. P. (démence précoce). Délire progressif. Confusion mentale, psychoses symptomatiques, lésions circonscrites ; P. G. marche rapide. Épilepsie. Idiotie.

    Ces pots de chambre aussi correctement présentés avaient dans leur air quelque chose de fascinateur.

    – C’est mon armoire à cerveaux, fit Dide.

    Il tira un pot par l’anse : un cerveau nageait dans un liquide serein. Regardant l’étiquette, le savant me dit :

    – C’est Mme Boivin.– 59 –
    – Enchanté !

    Je demeurais en extase devant l’armoire.

    – Parfait ! fis-je, vous avez là de beaux cerveaux, mais pourquoi dans des pots de chambre ?

    Le maître me regarda bien en face et me répondit :

    – Parce que le pot de chambre, monsieur, est la forme idéale du cerveau !"

    Chez les fous.

    londres2.jpg

     

     Albert LONDRES, Chez les fous, récit, 1929
    IX  l'armoire aux cerveaux -

    Ebooks - HTMLPDF | DOC-ODT

    Denis Poizat « "Chez les fous", hommage à Albert Londres », Reliance 1/2006 (no 19), p. 7-8.
    URL : www.cairn.info/revue-reliance-2006-1-page-7.htm.

  • "L’impuissance du réformisme légal en temps de crise"

    Pin it!

     Les racines de la social-démocratie

     

    " On peut tout trouver dans les rangs de la social-démocratie, sauf des esprits véritablement libres."

    Simone Weil (1909-1943)

    ayrault-hollande.jpg

    manuel-valls-et-francois-hollande-10975172oxxld_1713.jpg?v=1&sa=X&ei=0qyAVOirKtXdatrJgpgC&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNE82lc67t0Kfg-KdWB2WqOw44-x-Q

    Dans Le Libertaire du 24 juin 1937, Jean Bernier (1894-1975) dressait le portrait d'une social-démocratie  " tenue en laisse  par le grand capital " et d'un front populaire en faillite en raison de " la faiblesse incurable, l’impuissance du réformisme légal en temps de crise et de déclin capitalistes, quand la contraction du profit tend les antagonismes et pose entre les classes et le pays la question de force."

    En mai 1936,  la coalition du Front populaire avait obtenu aux élections  la majorité absolue face à la droite. Un an plus tard, le 21 juin 1937, Le Sénat refusait de lui accorder les pleins pouvoirs pour redresser une situation financière difficile. face à la réaction "légale", le gouvernement de Léon Blum démissionnait piteusement.

    En ces jours d'entrées diverses au Panthéon, dont celle de Jean Zay, ministre du front populaire assassiné par les miliciens en juin 1944 et dont la mémoire est toujours salis par les néo-fascistes, une rectification sur l'expérience de Léon Blum tellement encensée par la social-démocratie et qui, par ses faiblesses et capitulations, ouvrit grand les portes à la réaction la plus noire et capitula en rase campagne.

    "L’histoire porte à son crédit la signature des accords Matignon (congés payés, conventions collectives et semaine de 40 heures).  Il ne faut toutefois pas oublier qu’ils furent surtout obtenus grâce au mouvement des grèves avec occupation qui débuta le 26 mai dans les usines métallurgiques de la région parisienne et prit une ampleur nationale, échappant au contrôle des syndicats. Alors que les occupations d’usine se poursuivaient, Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, déclarait, le 12 juin : « Il faut savoir terminer une grève. » On rappelle également beaucoup moins souvent que la Chambre élue en 1936 vota, avec le Sénat, en faveur du maréchal Pétain en 1940, par 569 voix contre 80." (Revue Agone)

     

    "La fin misérable de l’expérience Blum"

    Jean Bernier

    3992716853.png LE GRAND MINISTERE DU FRONT POPULAIRE à direction socialiste est mort comme il a vécu, comme il a de plus en plus vécu : misérablement.

    Depuis l’instauration de la « pause », depuis l’emprunt de la défense nationale, souscrit comme une aumône, et à titre d’avertissement, par ces trusts et ces banques qu’il avait juré d’abattre, le gouvernement de Front populaire vivait, ou plutôt se survivait, à la petite semaine.

    Le gouffre du déficit se creusait devant lui.

    Le Trésor criait famine. Le fonds d’égalisation des changes se vidait. Tenu en laisse par le grand capital, diminué, dérisoire, Blum se débattait dans les liens, qu’il avait lui-même noués, de la légalité bourgeoise. Pris à la gorge par l’impératif financier, il n’opposait à cette forme catégorique et toute naturelle de la coercition capitaliste que les bulletins de vote et les écharpes de députés conquis aux dernières élections législatives. Le capital en grève, le patronat revenu de sa grande peur de l’an dernier, se souciait peu de ces bruyantes mais platoniques incantations. Et les tentatives de compromis à coups d’impôts indirects sur le dos des pauvres, comme les petites habiletés parlementaires, les manœuvres byzantines et les acrobaties verbales auxquelles se livrait en virtuose ce juriste et ce bourgeois libéral, plein de ces bonnes intentions sociales dont est pavé l’enfer, n’amenaient pas dans les caisses de M. Vincent Auriol le moindre maravédis.

    Comme un quelconque ministère de cartel, comme un vulgaire Herriot, il fallait se soumettre, à fond cette fois et sans recours, ou se démettre en sauvant la face. Très constitutionnellement, très légalement, le Sénat porta l’estocade. Et cet homme harassé, qui avouait trouver « séduisante » l’idée d’un « départ volontaire », s’effondra.

    Ce qui tombe avec lui, au pied de ce mur d’argent, cimenté de tant de sang, de sueur et de larmes, ce qui tombe une fois de plus, pour renaître, jusqu’à quand ?

    C’est l’illusion parlementaire où se gâche et s’englue la force des travailleurs, c’est la faiblesse incurable, l’impuissance du réformisme légal en temps de crise et de déclin capitalistes, quand la contraction du profit tend les antagonismes et pose entre les classes et le pays la question de force. Ce que Blum paie d’une chute misérable que les chefs « socialistes », « communistes » et cégétistes ont de la peine à faire admettre à bien des militants du rang déconcertés ou révoltés par tant de lâche docilité, c’est, par une fatalité qui lui est inhérente, à lui comme à tous les politiciens libéraux, d’avoir méconnu, rayé de ses calculs et de ses moyens d’action, la force ouvrière, inconsciente mais vive, qui l’avait porté au pouvoir.

    Qu’on se rappelle juin 1936, les occupations d’usines, la vague de grèves qui dressait soudain des millions d’esclaves, enivrés de se retrouver des hommes, la panique de la grande bourgeoisie, la sympathie, voire l’enthousiasme des classes dites moyennes !

    Quelles possibilités ne s’offraient-elles pas à un gouvernement à direction vraiment socialiste, décidé à s’appuyer sur une pareille décharge d’énergie !

    À l’intérieur, une dévaluation franche, faite à froid, dans les meilleures conditions techniques. Les premières socialisations, celle, par exemple, du trust des assurances, à laquelle la grande bourgeoisie elle-même s’attendait…

    À l’extérieur, la répudiation solennelle du traité de Versailles, l’édification d’une Europe économiquement et psychologiquement viable pour des années, un désarmement substantiel et l’énorme allégement budgétaire qui en eût résulté, l’extirpation de la puissante racine du fascisme… Que d’occasions perdues, que de journées de dupes !

    Que de cortèges, de manifestations, de fêtes, de chants, de mises en scène et de serments ! Que de discours, de manifestes, d’interviews, de déclarations et de meetings pour finalement passer la main à quelque maquignon chevronné du Parlement et recommencer avec lui l’éternel petit jeu « républicain » des ministres de « gauche » à politique de « droite », des dosages, des combines et des couleuvres à faire avaler au bon peuple !

    Certes, Blum n’a pas – comme l’eût fait l’Union nationale – lancé la garde mobile contre les grévistes en juin 1936. Certes, Blum n’a pas – comme le voulaient les « communistes » –, comme l’eûrent fait peut-être Barthou ou Herriot, joué à fond le jeu funeste de Staline dans la mêlée impérialiste. Bien sûr, il a offert, momentanément, à la classe ouvrière une ligne de moindre résistance en occupant l’État bourgeois, et il n’a pas anéanti les dernières chances de paix. Mais, avec plus d’évidence encore, ne peut-on faire valoir que les mérites, passifs sinon négatifs et qui laissent planer sur nous les pires menaces de réaction et de guerre, ont bien fait les affaires du capitalisme français ?

    Blum n’a-t-il pas permis à celui-ci de contenir, puis de consolider l’offensive de ses exploités dans l’impasse du syndicalisme d’État, pour passer finalement à la contre-attaque de la vie chère et des « aménagements », en attendant la répression dans les usines et dans la rue ?

    À grand renfort de drapeaux tricolores et de Marseillaise, avec la complicité de Staline et de Jouhaux, n’a-t-il pas enfin, plus fortement que jamais, attaché les organisations ouvrières françaises au char de l’impérialisme, et n’a-t-il pas, mieux que n’importe quel nationaliste professionnel, travaillé ainsi à la formation d’une prochaine Union sacrée ?

    Non ! La chute de l’ex-chef du gouvernement de Front populaire à direction socialiste, qui consommera sans doute demain sa déchéance, en qualité de sous-chef du gouvernement de Front populaire à direction radicale, ne doit pas être déplorée par les ouvriers révolutionnaires.

    L’homme qui, la veille de sa chute, dans un ultime effort pour garder le pouvoir, se vantait devant de Sénat « d’appliquer tout son effort à modérer le sentiment du pays » n’est pas des nôtres.

    Son échec n’est qu’un échec de plus, à porter au compte de ce socialisme parlementaire, réformiste et impérialiste qui tua la révolution en Europe, de 1914 à 1920.

    Le Libertaire, 24 juin 1937

    Source : Jean Bernier, « La fin misérable de l’expérience Blum », revue Agone, 28 | 2003. URL : http://revueagone.revues.org/457.

  • INA : Anticor dépose plainte pour détournement de fonds publics et favoritisme

    Pin it!
    29 mai 2015, par ANTICOR

    anticororg_logo_rvb.png

    3992716853.pngLe 28 avril dernier, Anticor exprimait une position claire après les révélations sur les frais de taxi de la présidente de l’INA : « Nous ne pouvons pas imaginer que Mme Saal soit maintenue dans ses fonctions et qu’elle ne fasse l’objet d’aucune poursuite. D’autant que l’INA perçoit, chaque année, 90 millions d’euros au titre de la contribution à l’audiovisuel public. En cas d’inaction persistante, nous saisirons nous-même le Procureur de la République.

    Depuis, nous avons pris acte, avec satisfaction, de la démission de la présidente de l’INA.

    Par contre, nous nous étonnons qu’un mois après, aucune plainte n’ait été déposée par les autorités compétentes. Pire, la Ministre de la Culture a simplement annoncé « qu’il y aura peut-être des suites pénales »… Comment peut-on encore tergiverser alors que Mme Saal a elle-même reconnu avoir fait payer à l’INA des dépenses étrangères à ses fonctions ?

    De même, nous sommes surpris de l’absence de réaction après l’article du Canard Enchainé, publié le 6 mai 2015, faisant état de graves irrégularités lors de la passation de plusieurs marchés publics, toujours à l’INA, mais entre 2010 et 2014, sous la présidence de Mathieu Gallet.

    Pour que toute la lumière soit faite sur la gestion de cet établissement public, Anticor dépose plainte contre X pour détournement de fonds publics et délit de favoritisme."

    *

    selon le Monde, Agnès Saal a trouvé un point de chute au ministère de la Culture. Elle qui avait déjà brillé dans ce ministère sous Jospin, de 1997 à 2001, s'est vu convié la tâche de chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Un poste inédit ! Un poste sur mesure pour Agnès Saal. De la haute couture socialiste.

     

     

     

  • Gauche-droite et la souveraineté populaire bafouée

    Pin it!

    Rappel : les bons comptes...

    Le Texte du M'PEP pour les 10 ans de la victoire du NON au Traité constitutionnel européen.

    Il y a dix ans, lors du referendum du 29 mai 2005, à la question "Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l'Europe ?", 55% des français votèrent NON.

    En février 2008 plusieurs centaines de personnes, parmi lesquelles des élus de l'opposition, manifestèrent devant le château de Versailles où devait siéger le Parlement réuni en Congrès. Ils réclamaient un référendum sur le traité européen de Lisbonne. Lors de ce Congrès, protégé par les CRS, les députés et sénateurs, à la majorité des 3/5ème, donnèrent les moyens de sa politique à la droite Sarkoziste.

    Les socialistes bafouaient ainsi la volonté du peuple exprimée antérieurement par le NON au referendum  du 29 mai 2005 : le traité de Lisbonne a repris les termes du TCE (Traité Constitutionnel européen)  pourtant rejeté lors de ce refenrendum par 54,68% des suffrages exprimés :

    " Ils ont ainsi répondu à la fois aux vœux du Président de la République et des institutions européennes qui s’accordent quotidiennement sur des directives qui agressent les salariés, les employés, les jeunes et les vieux en attaquant les retraites, les services publics, l’emploi, les salaires… ou qui attaquent encore les conditions de vie tout simplement, l’affaire en cours des O.G.M. étant là pour en témoigner.[...]

    Si les socialistes qui ont voté oui ou qui se sont abstenu avaient voté non, cela aurait donné au total : 181+17+15+93+3+49+2= 360 !
    Le projet de réforme constitutionnelle aurait été rejeté. Nicolas Sarkozy aurait été mis en échec. Il n’aurait pu faire autrement que d’organiser un référendum. Le peuple aurait eu droit à la parole. Ce sont donc les responsables socialistes, les Hollande, Ayrault, Dray, Moscovici, Lang, Valls, Bianco, et quelques autres qui ont fait passer la modification constitutionnelle et par la même occasion le traité. (Traité européen : les Socialistes du "Oui" ont décidé de bafouer le peuple en soutenant Sarkozy. Jacques Cotta - Le Grand Soir. Février 2008)

    Ainsi, le recyclage de la Constitution européenne rejetée autorisait banquiers et marchés financiers à s’enrichir par l’endettement des Etats. la gauche, à la lecture de l'article 127, fut sans doute tétanisée d'admiration : Le Système européen de banques centrales qui " contribue à la bonne conduite des politiques menées par les autorités compétentes " " agit conformément au principe d'une économie de marché ouverte où la concurrence est libre ". 

     *

    En octobre 2012, les députés adoptérent le TSCG ( Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance) par 477 voix pour et 70 voix contre. Ce traité, rédigé par Sarkozy et Merkel - et dont pas une ligne n’ avait été changée - a gravé dans le marbre l’obligation de l’austérité et le renoncement à toute souveraineté. : les mesures d'austérités sont automatiques et sont imposées aux représentants des peuples, en contraignant leurs décisions budgétaires dictées par une instance non élue.

    Ce traité qui durcit les traités de Maastricht et de Lisbonne, nocif au plan politique, économique et social, a  pourtant recueilli une majorité de gauche des votes exprimés.

    D'autre part par cette opération, le gouvernement Hollande-Ayrault est  revenu sur ses engagements électoraux en soumettant sa ratification au Parlement. Hollande avait juré, dans sa proposition n°11 :

    " … Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction…"

    On sait que les promesses fallacieuses n'engagent que ceux et celles à qui elles sont destinées, mais les conséquences que l'on a déjà connues dans  l'histoire :

    "C’est ainsi que l’on détruit la démocratie. Le mensonge électoral nourrit la colère et produit le mépris pour une classe politique qui affiche sa solidarité profonde contre le peuple. Bientôt montera le vieux cri de l’anti-parlementarisme : " tous pourris " ! On dira, c’est le populisme qui monte. Et l’on se trompera, car ce sera alors devenu la stricte vérité. " Jacques Sapir

    2015 - Depuis dix ans, dans toute l’Europe " les plans de misère, de destruction et de chômage, mis en œuvre par les gouvernements de toutes couleurs politiques, ont dressé contre eux, à répétition, des grèves, des grèves générales, des mobilisations ouvrières et populaires de tous ordres. Le rejet est général, qui, sur le terrain déformé des élections, s’est exprimé à nouveau, dimanche dernier en Espagne, frappant les partis qui appliquent les plans de Bruxelles et du capital financier." POI

    *

    A lire, sur le site Acrimed, une revue de presse sur les mauvais traitements médiatiques du référendum de 2005 :

    3992716853.pngC’était il y a 10 ans. Le 29 mai 2005, une majorité d’électeurs et d’électrices (54.67%) rejetait le Traité Constitutionnel Européen (TCE). Une véritable gifle pour les adorateurs de la déesse « Union européenne », cet horizon indépassable et incontestable du progrès humain.

    Ils n’avaient pourtant pas ménagé leurs efforts, éditocrates et médiacrates en tête, pour convaincre les masses sceptiques (et donc incultes) qu’il n’y avait pas d’alternative au « Oui » : pluralisme à son zénith, avec les multiples débats entre partisans du « Oui » et adversaires du « Non », exercices de « pédagogie » destinés à éclairer les esprits (forcément) obscurcis des opposants au TCE, multiplication des sondages contradictoires, etc.

    Un concentré, en somme, des pratiques les plus déontologiques de ces chantres de la démocratie et de la liberté d’expression et d’opinion, sur lesquelles il est utile de revenir 10 ans après. Car force est malheureusement de constater que rien, ou presque, n’a changé. Il suffira pour s’en convaincre de se reporter, par exemple, à notre rubrique consacrée à la Grèce, où l’on constatera que les mêmes méthodes sont toujours employées par une caste décidément incapable de la moindre autocritique.

    Nous avons donc regroupé une partie importante de nos articles de l’époque [1], afin que chacun et chacune puisse se replonger dans l’atmosphère pré-référendum ou, pour les plus jeunes, la découvrir. Un moyen de constater que l’observation critique des médias qui avait, à l’époque, contribué (modestement) à rompre l’unanimisme ambiant, demeure plus que jamais une nécessité." (Acrimed)

     

  • Violences médicales en gynécologie-obstétrique

    Pin it!

    Appel à témoignages 

    Mélanie Déchalotte, journaliste de l'émission de radio "Sur les docks" (France Culture), travaille sur un documentaire consacrée aux violences médicales en gynécologie-obstétrique. Elle cherche donc à interviewer, de manière anonyme, des personnes prêtes à témoigner.

    A. C. Huson, blogueuse féministe, relaie cet appel sur son blog "ça fait genre" et propose une première collecte de ces témoignages qu'elle adressera à Mélanie Déchalotte.
    Elle est également à l'initiative du blog " Je n’ai pas consenti" où vous pourrez lire des témoignages sur le défaut de consentement dans la relation médicale.

    Émission Sur les docks > Twitter https://twitter.com/SLDocks

     

  • Jeannette Bougrab : sic transit...

    Pin it!

    Depuis que Luz a décidé de quitter Charlie Hebdo, il est l'objet de propos injurieux de la part de Jeannette Bougrab avant qu'elle ne s'envole pour la Finlande où l’attend un poste de conseiller culturel à l'ambassade...:

    "Avant de reprendre un jour la bataille, je m’exile dans un pays réputé être paradisiaque pour les enfants. J’emmène avec moi May et ma collection de bouddhas. Et contrairement à mon appartement de Paris, chargé de trop de souvenirs, je vais vivre dans un décor épuré." 

    Il n'y a pas que les bouddhas qui sont ravis.

    La mort de Charb

    En janvier, après les massacres à Charlie-Hebdo, Jeannette Bougrab, femme bardée de diplôme, a refait surface et est venu, face aux caméras d' Envoyé spécial sur France 2, montrer son émotion à la mort de Charb, son compagnon d'un an. La famille du dessinateur quant à elle a démenti cet "engagement relationnel".

    Grande dame, Jeannette, déclara qu'elle ne tenait pas à "rentrer dans cette mare de boue". Elle n'alla pas à l’en­ter­re­ment de Charb : "Je ne vais gêner personne. Sa famille me prive d’une ultime rencontre avec mon amour." Et de conclure avec beaucoup de retenue : "C’est comme s’ils l’avaient tué une deuxième fois".

    Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2012-01-31-%C3%A0-22.13.31-300x229.png

    Jeannette Bougrab se souvient de Charb lui disant qu’elle était “une commu­niste qui s’ignore”. Effectivement.

    Jeannette Bougrab est une umpiste. Elle fut membre de l'ex Haut Conseil à l'Intégration, nommée en 2010 présidente de la Halde par Sarkozy - puisque cette autorité administrative clamait son  indépendance - en lieu et place du sarko "compatible" et socialiste Malek Boutih.   (La Halde a été dissoute le en 2011, et ses missions transférées au défenseur des droits, insitution à la tête de laquelle s'illustre aujourd'hui Jacques Toubon, ex-baron et garde-fou de la Chiraquie aux temps des " affaires", ancien ministre de la culture et de la francophonie, puis de la Justice.

    Sept mois plus tard son entrée à la Halde, Jeannette Bougrab était nommée au secrétariat d'État à la Jeunesse et à la Vie associative du gouvernement Fillon.

    " Avant cela, elle avait reçu une claque retentissante lors des élections législatives de juin 2007. Tentant de ravir au député socialiste Christophe Caresche sa circonscription du quartier très populaire de Barbès et de Clignancourt, elle avait réalisé le plus mauvais score de la droite depuis la guerre.

    A l’issue du scrutin, mauvaise perdante, elle s’était déclarée déçue d’avoir été cantonnée à un rôle « d’animateur de réunions communautaires ». Et pourtant, Alexandre Adler en personne était venu la soutenir ! " ( Bernard Gensane)

    En 2013, on la retrouvait  chroniqueuse dans le Grand Journal de Canal+, présenté par Antoine de Caunes. Nommée maître des requêtes au tour extérieur en 2007, elle a réintégré dans ses fonction au Conseil d'État en 2014. Ce qui ne l'empêche pas de faire de la télé.

    L'épisode savoureux

    En 2010, Jeannette Bougrab décidait de porter plainte en diffamation contre le Canard qui affirmait : "La présidente de la Halde s'augmente de 100 %.

    Jeannette Bougrab, alors membre du conseil d'administration de l'Institut du Monde Arabe et du Conseil Franco-Britannique, n'avait donc  pas fait voter par son "collège" une mesure salutaire de " modification du règlement de gestion des personnels" qui lui aurait permis  de s'octroyer 7 000 euros - en plus des 6 900  euros d'indemnité prévue - et dont se contentait cependant son prédécesseur Louis Schweitzer.

    Jeannette Bougrab, membre du Conseil d'Analyse de la Société - rien que du beau linge - et qui fut maître de conférences à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, n'avait pas non plus fait voter le principe de l'embauche d'un chauffeur payé 45 000 euros par an et attaché à son auguste autorité. Le projet aurait été abandonné.

    Jeannette Bougrab reconnaissait toutefois - faute avouée à moitié pardonnée -qu'un " bouquet de fleurs est effectivement livré tous les lundis matins pour le bureau de la Présidente de la HALDE. Le contrat passé avec la société Monceau Fleurs s’élève à 30 euros TTC par semaine."

    Un an plus tard, le tribunal correctionnel de Paris déboutait Jeannette Bougrab et relaxait le Canard Enchaîné. Il reconnaissait ainsi le sérieux de son enquête et notait que " la fixation par la Halde même de la rémunération de sa présidente était surprenante".

    *

    Source : B.R. dans le Canard enchaîné du 23 juin : "La présidente de la Halde s'augmente de 100 %."

    > Jeannette Bougrab: sa vie, son œuvre - son "site perso"

  • Marcel Audin, assassiné par la racaille

    Pin it!

    Maurice Audin

    Equateurs1401_LaVeriteSurLaMortDeMaurice.jpgDans La vérité sur la mort de Maurice Audin, le journaliste Jean-Charles Deniau affirme que,  lors de la guerre d'Algérie,  le militant communiste a été exécuté lors d'une séance de torture sur ordre du général Massu et avec l'assentiment du pouvoir politique de l'époque.

    Maurice Audin, arrêté le 11 juin 1957 par les parachutistes du 1er RCP du général Massu, est toujours considéré officiellement comme "disparu" - il se serait évadé lors d'un transport de prison... Cette thèse de l'évasion reste une imposture.

    " L’ordre de tuer Maurice Audin a été donné au commandant Aussaresses par le général Massu, avec l’assentiment probable du ministre résident en Algérie, le socialiste SFIO Robert Lacoste, alors que le président du Conseil était depuis peu le membre du Parti radical, Maurice Bourgès-Maunoury." LDH

    Cet assassinat était destiné à servir d'exemple afin d'avertir et de dissuader les communistes - et plus largement les européens - de soutenir la lutte d’indépendance algérienne.

    L’affaire Audin est une affaire d’État qui implique la plupart des hommes politiques de la IVe et de la Ve République.

    la thèse de l’évasion expliquant la disparition de Maurice Audin était une imposture - See more at: http://vitrine.edenlivres.fr/publications/16477-l-affaire-audin#sthash.1jOh9cw0.dpuf

    Derrière cette " disparition", il y a aussi celle de 3 024 algériens; des européens, en juillet 1962  à Oran, au moment de l'indépendance;  et des soldats français capturés par le FLN.


    Jean-Charles Deniau et Benjamin Stora  par franceinter

    > La vérité sur la mort de Maurice Audin,  Jean-Charles Deniau.  Éditions des  Équateurs.

    > L’Affaire Audin  (1957-1978)",  par  Pierre Vidal-Naquet. Éditions de minuit

    > Guerre d'Algérie : les derniers secrets de l'affaire Audin, par Nathalie Funes. Obs Monde.

    *

    Maurice Audin a-t-il été assassiné sur ordre ?

     Communiqué LDH - 2014

    3992716853.pngDurant la guerre d’Algérie, Maurice Audin, jeune mathématicien et militant communiste âgé de 25 ans, arrêté à son domicile, à Alger, le 11 juin 1957, par des militaires français, a disparu peu après alors qu’il se trouvait entre leurs mains. Depuis lors, son épouse, Josette Audin, le Comité Maurice Audin, présidé par Pierre Vidal-Naquet, et la Ligue des droits de l’Homme n’ont eu de cesse de demander aux autorités françaises qu’elles disent la vérité sur sa disparition.

    En mars 2012, suite à la publication par le Nouvel Observateur d’informations selon lesquelles ce serait le sous-lieutenant Gérard Garcet, chef d’état-major du général Massu, commandant la division parachutiste exerçant les fonctions de police à Alger, qui aurait mis fin à ses jours, la LDH a renouvelé publiquement sa demande.

    Promises par le président de la République à Josette Audin dans la lettre qu’il lui avait adressée en décembre 2012, les archives qui lui ont été communiquées en février 2013 par le ministre de la Défense n’apportent aucun élément, aux dires des historiens qui les ont examinées, sur la disparition de son mari.

    En revanche, le livre La Vérité sur la mort de Maurice Audin, où le journaliste et documentariste Jean-Charles Deniau publie les résultats de son enquête, avance des éléments nouveaux qui rendent indispensable que les autorités françaises disent enfin la vérité sur ces faits. D’après lui, l’ordre de tuer Maurice Audin a été donné au commandant Aussaresses par le général Massu, avec l’assentiment probable du ministre résident en Algérie, le socialiste SFIO Robert Lacoste, alors que le président du Conseil était depuis peu le membre du Parti radical, Maurice Bourgès-Maunoury. L’enquête confirme, par ailleurs, quant à l’exécuteur du crime, les informations publiées en mars 2012 par le Nouvel Observateur. L’objectif de cet assassinat étant de faire un exemple destiné à avertir et dissuader les communistes de soutenir la lutte d’indépendance algérienne.

    L’assassinat de Maurice Audin, qui a frappé d’autant plus l’opinion publique qu’il s’agissait d’un jeune universitaire français, n’est qu’un exemple des tortures et exécutions sommaires infiniment plus nombreuses qui ont frappé des Algériens. Après d’autres travaux, ce livre montre comment, durant cette guerre, des autorités civiles et militaires françaises ont poussé des soldats à commettre en Algérie des actes qui ont été définis par des textes internationaux au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale comme des violations graves des droits de l’homme. Comme en ont témoigné le général Pâris de Bollardière ou le secrétaire général de la police d’Alger, Paul Teitgen, qui a démissionné en 1957 parce qu’il refusait d’en être complice, l’illégalité et l’irresponsabilité ne pouvaient conduire qu’à des crimes de guerre.

    Pour la Ligue des droits de l’Homme, il est plus que temps, un demi-siècle après ces faits, que les plus hautes autorités de la République française, comme les différentes institutions de la société, le reconnaissent."

    maurice_audin_a_alger_par_ernest_pignon.jpg

    Audin dans  ALger par Ermest Pignon